L’art équestre au Maroc saharien est une passion qui se transmet de génération en génération. Les enfants sont initiés dès leur jeune âge aux spécificités du cheval barbe, cette monture si particulière, qui a su faire preuve d’adaptation aux territoires sahariens.
Le Maroc saharien a été la terre d’élection des plus beaux spécimens très fortement appréciés dans le monde maure. Les émirs de l’Adrar, par exemple, en faisaient leurs compagnons d’honneur, symboles de prestige et de fierté.

Le barbe

Le cheval barbe est connue pour sa croupe basse et sa queue tombante avec des petits sabots à la corne très dure. Qualifié de cheval du désert, il est très performant en endurance.

La tbaourida

La tbaourida cristallise la tradition équestre du Maroc saharien. Elle est, à la fois, une épreuve de maniabilité et de dressage. Elle est également, pour le cavalier, une démonstration de sa capacité de coordination et de précision. Les cavaliers, au galop, doivent tous, au signal du naddah, orienter leurs fusils chargés à blanc et tirer vers le sol.